I] Présentation du nombre d'or
II] Le nombre d'or à travers l'histoire
III] Le nombre d'or, modèle de beauté... ?

Le corbusier / Modulor

L’architecte Le Corbusier a inventé en 1943 un modèle architectural : le modulor, un système de mesures harmoniques basé sur une silhouette humaine d'un mètre 83 bras croisés et de 2 mètres 26 les bras levés. Selon Le Corbusier, il devrait permettre un confort maximal pour l’homme à l’intérieur de l’unité d’habitation. En effet, le premier soucis de cet architecte est de créer des “machines à habiter”. Pour le créer, Le Corbusier s’est en fait beaucoup inspiré du nombre d’or. Le nom même “modulor” le prouve : c’est en effet un mot valise composé sur “module” et sur “nombre d’or”

 

On a en effet : 183/113 = phi ; 113/70 = phi ; 70/43 = phi ; 226/140 = phi ; 140/86 = phi.

Le Corbusier n'avait pas un soucis de parfaite exactitude, mais ces rapport sont de très bonnes approximations du nombre d'or !

 

Voici quelques uns des bâtiments dont il a élaboré l'architecture :

Le CN Building :

Il y a tout d’abord le « United Nations building » à New York. La construction a duré 6 ans, de 1947 à 1953. Le building est composé de 3 rectangles d’or comme on peut le voir sur la photo.


Une maison moderne :

Il s'agit d'une des maisons dont le Corbusier a été l'architecte. Or si l'on observe attentivement les proportions qui ont été attribuées à la façade on peut remarquer que plusieurs rapport nous donnent le nombre d'or.

Sur ce shéma de la façade, on a : AG/GE = AE/AC = CE/DE = BD/BC = BC/BF = phi

 

 

Le corbusier s'est également inspiré de son modulor pour les bâtiments suivants :

La cité radieuse

 

 

La Cité Radieuse aussi connues sous le nom d’ « Unité d’habitation » est en fait une résidence construite sous forme de barres sur pilotis. Imaginée par Le Corbusier, cette véritable « ville dans la ville » a été construite entre 1945 et 1952 près du boulevard Michelet à Marseille . En plus de 360 appartements en duplex séparés par de véritables « rues intérieures », sur le toit, une piscine, un gymnase, une école maternelle ainsi qu’un théâtre en plein air. A l’intérieur, de nombreux cafés, restaurants , hôtels, commerces, épiceries, boulangeries, etc.…
Au début, tout le monde était hostile à la constructions d’un tel immeuble qu’ils voyaient plutôt comme des cages à lapins en béton, mais aujourd’hui tout le monde est admiratif devant ce bâtiment notamment ses habitants qui qualifient la cité d’ « extraordinaire, impressionnante, géniale… » et qui disent encore que « pour rien au monde, désormais, nous ne quitterons ce village dans la ville » dans une interview du journal la Croix en 2001.
La Cité Radieuse est depuis devenue Monument Historique ; elle a fêté ses 50 ans en 2002, toujours sans aucune ride ! ! !Soulignons aussi que le bâtiment attire de plus en plus de touristes chaque année.

 


La piscine sur le toit de la Cité Radieuse

 

La chapelle de Ronchand

 

A Ronchamp, une chapelle édifiée en 1924 était bombardée pendant la seconde guerre mondiale.
Dès la fin de la guerre, de nombreuses tentatives ayant pour but de reconstruire une nouvelle chapelle échouent. C ‘est alors que l’archevêché de Besançon souhaite faire appel au Corbusier pour construire la nouvelle chapelle. Ce dernier accepte. On assiste alors à la naissance de Notre-Dame du Haut, la chapelle de Ronchamp en 1955.

Pour l’architecture, pas de clocher ; uniquement 3 tours qui servent de chapelles secondaires . En 1975, on rajoute un campanile à la chapelle , réalisé avec les proportions du Modulor, mais là encore, aucune précision.

En annexe, on construit aussi une pyramide, monument commémoratifs des combats ayant détruit la première chapelle en 1944.

Concrètement, le monument est une chapelle toute blanche, coiffée d’un toit grisâtre , qui frappe par la pureté de ses lignes.
Le Corbusier disait : « J’ai voulu créer ici un lieu de silence, de prière, de paix, de joie intérieure.

plan de la chapelle de Ronchanp

 

Le couvent de la Tourette

 

 

 

Le couvent Sainte Marie de la Tourette est commandé à LE CORBUSIER par l’ordre des dominicains suite à un regain de vocations religieuses. Il est construit et 1953 et 1960. Cette réalisation est la dernière grande œuvre réalisée en France par LE CORBUSIER à EVREUX près de LYON.

Contrairement à la cité radieuse de MARSEILLE, LE CORBUSIER crée un lieu d’austérité propre à la méditation, à l’étude et à l’élévation de l’esprit.

Pour la construction, au lieu d’élever le couvent par rapport au sol, l’architecte décide de l’abaisser à partir de la ligne horizontale du toit ; là encore, il utilise une véritable forêt de pilotis pour compenser les irrégularités du relief sur un terrain en pente.

L’Eglise n’a ni vitraux ni rosaces, mais comporte des fentes colorées recevant la lumière du soleil. Dans la cour, de nombreux volumes géométriques (cubes, pyramides, cylindres …) qui créent une certaine complexité pleine de variations. Pour les cellules installées autour des bâtiments, et ouvertes sur le reste du paysage, LE CORBUSIER définit des dimensions fondées sur le nombre d’or. Là encore, il s’inspire de son modulor.

retour au plan